Centre international d'éducation
pour une société multiculturelle, pour la paix et pour la démocratie


Le processus de paix

Le processus de paix entre l'Etat d'Israël et l'Autorité palestinienne a du mal à se concrétiser. D'importantes personnalités politiques des deux camps font tout ce qui est en leur pouvoir pour l'empêcher de réussir. Elles préfèrent en revenir aux anciennes méthodes utilisées pour régler les conflits entre les deux communautés vivant sur la « Terre sainte » : la force brutale et la violence. Ces extrémistes trouvent malheureusement un certain soutien au sein de la population car l'hostilité mutuelle, la peur et la haine sont ancrées si profondément dans les esprits que la moindre provocation, d'un côté comme de l'autre, soulève des vagues de rage et de violence.

Aujourd'hui, en cette époque frustrante et dangereuse, nous devons nous rappeler que cette situation existe depuis presque cent ans, et que chaque tentative de changement se heurte à d'énormes difficultés.
Pourtant, la majeure partie de la population croit que le changement est essentiel à la survie des deux peuples. Mais les principaux obstacles sont la suspicion et la méfiance mutuelle, et il est clair qu'aucun accord signé par les leaders politiques et autres dirigeants ne pourra aboutir si la majorité des populations qu'il concerne ne l'accepte pas. Les normes, les valeurs et les vieilles habitudes doivent changer. Il est impossible d'établir une paix durable sans mettre en place « une culture de la paix et de la coexistence ».


La société israélienne

L'un des problèmes les plus graves de la société israélienne est le caractère des relations entre la majorité juive et la minorité arabe. En Israël, Juifs et Arabes vivent côte à côte, mais sont quasiment séparés au niveau social. En fait, les relations entre Arabes et Juifs en Israël reflètent, à moindre échelle, celles qui prévalent entre Arabes et Juifs dans l'ensemble du Moyen-Orient et qui sont caractérisées par l'aliénation, l'ignorance et la peur. L'avenir des relations entre Israël et le monde arabe et entre Israël et les Palestiniens est donc fortement lié à la capacité qu'ont les citoyens juifs et arabes d'Israël  vivre et à coopérer dans un environnement de coexistence basée sur la paix et le respect. Les relations entre Juifs et Arabes au sein d'Israël peuvent dès lors être considérées comme un « test » pour l'avenir des relations judéo-arabes en général.


Un moyen de faire face à la situation

La condition préalable à une paix durable n'est pas la signature d'un traité officiel et formel mais une véritable réconciliation mutuelle. Nous devons prendre conscience que c'est là le véritable problème et nous devons agir en préparant les Juifs et les Arabes à mieux se connatre. Concrètement, nous devons créer un environnement favorisant le dialogue pour la plus grande partie possible des populations, en mettant en place des structures populaires qui, petit à petit, rendront le dialogue possible. En d'autres termes, l'une des conditions préalables vitales pour l'établissement d'une véritable paix est l'éducation des masses populaires orientée vers la « culture de la paix ». Comme toute éducation, celle-ci doit commencer par les jeunes : c'est en effet la jeune génération qui véhiculera les valeurs sur lesquelles un avenir meilleur sera bâti. Nous ne sommes pas naïfs ; nous ne pensons pas que l'éducation peut remplacer les intérêts politiques et économiques, mais nous croyons qu'à travers l'éducation, la population pourra adopter des valeurs qui serviront de base à une société meilleure et plus juste.
Le projet du « Village de l'Amitié », présenté dans ce fascicule, est celui d'un centre d'activités éducatives tournées vers la paix, la démocratie, la coopration et la coexistence interculturelles dont Israël a tant besoin, au même titre d'ailleurs que le Moyen-Orient et le reste du monde.




Le Village de l'Amitié

Contexte

La paix, la démocratie, et l'acceptation du caractère multiculturel de la société sont les principaux problèmes d'Israël et de nombreux autres pays du monde entier. Les conflits opposant différentes nations, ethnies ou religions deviennent violents, même dans certains des pays les plus développés.
La démocratie n'existe que partiellement - ou même pas du tout - dans de nombreuses régions du monde, et la question d'une coexistence multiculturelle devient l'une des priorits de la plupart des sociétés.

Bien qu'Israël soit considéré comme « la seule démocratie du Moyen-Orient », on ne peut justifier cette affirmation qu'au niveau politique. Si l'on en croit les nombreuses études et enquêtes effectuées ces dernières années, le racisme, la xénophobie et les tendances anti-démocratiques sont profondément enracinées dans l'opinion israélienne. Ces tendances sont amplifiées par l'absence de paix avec la plupart des pays du monde arabe, en particulier avec le peuple palestinien. De plus en plus de personnes prennent conscience de la nécessité de la paix, et avant tout de la réconciliation et du développement de valeurs démocratiques ainsi que du caractère multiculturel de la société israélienne, comme dans la plupart des sociétés du monde ; il est urgent de traiter les conflits inter-culturels qui existent dès lors que des populations appartenant à une culture, une nation ou une ethnie différente vivent ensemble. Dans cette optique, l'éducation semble être l'un des moyens d'intervention les plus efficaces. Aussi l'établissement d'un centre qui concentrerait ses efforts sur les questions du pluralisme, du multiculturalisme, de la paix et de la démocratie semble être de haute importance. Grâce à l'attitude positive de la ville de Shefaram, en Galilée, favorable l'établissement d'un tel institut au sein de la ville, le projet est désormais tout à fait réalisable.


Les objectifs

Le Village de l'Amitié sera un centre international destiné à apprendre aux jeunes à vivre dans un environnement multiculturel. L'essentiel de la mission de cet institut sera de leur apprendre à respecter et à connaître l'autre, à reconnaître et à construire ce qui est commun à ces peuples appartenant à des cultures, des nations, des religions ou des ethnies différentes, en particulier pour ceux qui partagent des structures sociales ou politiques communes. L'éducation en faveur de la paix et de la démocratie est la suite logique du multiculturalisme. Le Village de l'Amitié se concentrera sur le dialogue interculturel et inter-religieux et sur l'éducation destinée à favoriser la compréhension, la coexistence respectueuse et la coopération interculturelle basées sur une véritable égalité, sur la tolérance, la démocratie et la paix.


Les moyens

Le travail éducatif du Village de l'Amitié sera dispensé à trois niveaux :
1  la société israélienne
2  la société du Moyen-Orient
3  un cercle externe incluant toutes les sociétés en proie à des conflits inter-culturels.

Le Village de l'Amitié est appelé à devenir un centre universel de haute importance pour l'éducation des jeunes contre le racisme, l'antisémitisme et toute sorte de discrimination. Ses programmes éducatifs mettront l'accent sur les valeurs de la démocratie, sur la tolérance, les droits de l'homme, la résolution des conflits et la coexistence pacifiques.
Si ce type d'activités n'est pas inhabituel en Israël et à l'étranger, il n'y a, à notre connaissance, aucune institution en Israël, et très peu à l'étranger, qui se concentre sur la question de l'éducation en faveur d'une société multiculturelle.

Occasionnellement, certains pays font bien des efforts dans ce sens, mais comme il est dit plus haut, un nombre très limité d'institutions éducatives s'y consacrent. En Israël, le peu qui a été fait dans ce domaine relève des actions menées par certaines ONGs.

Au Village de l'Amitié, les jeunes Israéliens, Juifs et Arabes, apprendront, grâce à diverses méthodes éducatives, à vivre dans une société multiculturelle basée sur la coexistence pacifique et la coopération pour le plus grand bénéfice des membres qui la composent.
Le message du Village de l'Amitié sera diffusé au travers d'activités éducatives variées, bien structurées et spontanées, comme des ateliers et des séminaires de durée variable qui s'ajouteront aux cours académiques. Des efforts seront fournis afin d'étendre notre action grâce à des projets en coopération avec d'autres organisations éducatives informelles.
Des jeunes gens venant d'autres pays en crise, du Moyen-Orient et d'ailleurs, apprendront à décortiquer le caractre, la culture, les véritables besoins et intérêts qui se trouvent â la base de ces conflits. Ils apprendront également à les résoudre de manière pacifique.

Depuis 1998, l'équipe expérimentée du Village de l'Amitié a commencé à mettre en place ces programmes éducatifs. Ces derniers incluent des projets communs israélo-palestiniens et judéo-arabes, à différents niveaux.


Résultats

Les jeunes dirigeants formés au Village de l'Amitié répandront ainsi en Israël et à l'étranger le message de coexistence pacifique et de coopération dans un monde composé en grande partie de sociétés multiculturelles.


Home



Info



Links



Site map
Home            Info               Links               Site map

Projets                       Conseil
Projets  




Conceil




FriendshipVillage
Réalité   2002

Les dangers du néo-sionisme