Des réservistes israéliens refusent de participer à "l'oppression" des Palestiniens

Vendredi 25 janvier 2002
(LEMONDE.FR)




Cinquante-deux officiers et soldats israéliens réservistes ont annoncé, dans une pétition publiée vendredi 25 janvier, leur refus de participer dans l'avenir à "l'oppression des Palestiniens et l'occupation" des territoires. C'est la première fois depuis le début de la deuxième Intifada, en septembre 2000, qu'une telle pétition est publiée.

Ce texte, publié par la presse, constitue un véritable appel au refus de servir dans les territoires palestiniens. "Nous continuerons à servir dans l'armée quand il s'agira de défendre l'Etat d'Israël
mais pas dans des tâches d'oppression et  d'occupation des Palestiniens", écrivent ces militaires de réserve. Les cinquante-deux contestataires signent de leur nom et précisent leur grade, de soldat deuxième classe à lieutenant. Ils appartiennent presque tous à des unités combattantes, notamment de parachutistes, de blindés et d'unités d'infanterie d'élite.

En préambule, ils soulignent leur attachement au "sionisme et à l'Etat d'Israël" et affirment avoir "toujours servi en première ligne pour la défense du pays". "Les territoires (Cisjordanie et bande de Gaza) ne font pas partie d'Israël et en fin de compte les colonies juives qui y ont été établies seront démantelées. Nous ne continuerons donc pas à nous battre pour elles", poursuivent les signataires. "Nous ne continuerons pas non plus à nous battre au-delà de la ligne verte (entre Israël et les territoires palestiniens) dans le but d'opprimer, d'expulser, d'affamer et d'humilier un peuple tout entier", souligne le texte.

"On m'accusera de saper le moral de l'armée, mais l'armée sape mon moral. Je ne suis plus prêt à me taire davantage. Oui, l'armée commet des crimes de guerre", explique le sergent-chef de réserve Amir Bar-Tzedek, dans une interview au journal Yediot Aharonot. Ce quotidien présente également le témoignage du lieutenant de réserve Chouki Sadeh : "J'ai servi au Liban, j'ai servi dans les territoires (palestiniens) et personne ne pourra me dire que je suis un dégonflé
et que j'essaie de me défiler. Mais je me suis réveillé et je sais que dans 10 où 20 ans les gens se demanderont avec honte ce qu'ils ont fait", confie-t-il. "Nous avons été envoyés pour protéger des colons de la colonie de Tapouah en Cisjordanie, alors qu'il lançaient des pierres contre des voitures palestiniennes"! , témoigne de son côté le sous-lieutenant de réserve Yishaï Sagui.

Selon le mouvement pacifiste israélien Yesh Gvul ("il y a une limite", en hébreu), deux cents militaires israéliens, en grande majorité des réservistes, ont refusé de rejoindre leurs unités dans les territoires occupés depuis le début de l'Intifada, mais seul un petit nombre a été sanctionné. La presse, elle, estime que l'absentéisme, pas forcément pour raisons politiques, touche un nombre beaucoup plus important de soldats du corps de réserve.

Les Israéliens effectuent un service militaire obligatoire de trois ans pour les garçons et de 21 mois pour les filles. Les hommes sont en outre tenus, jusqu'à l'âge de 49 ans, à des périodes de réserve pouvant dépasser un mois par an.




                                                 Village de l'Amitie